Les Sentinelles
Portraits
L'Atlantide 1
Les Sentinelles
Temoignages
L'Atlantide 2
Galerie I
Galerie 2
Adresses
LES SENTINELLES:
 

" Le professeur australien R. N. Bracewell (Université de Stanford) étudia des échos étranges que l'on avait détectés en 1927, en I928, en 1934. Des ondes-radio ont fait le tour de la terre et sont revenues au récepteur en I/7 de seconde. Quinze secondes après, ces mêmes ondes réapparaissaient. Rien dans l'espace n'aurait pu les réfléchir. Au lieu de perdre leur intensité, elles s'étaient renforcées.
Pour Bracewell, ces ondes ont été réémises par des stations automatiques interplanétaires. Devant l'objection qu'il n'y avait pas de stations automatiques interplanétaires à cette époque, Bracewell répond : ce ne sont pas des stations automatiques humaines, elles ont été construites par d'autres intelligences, appartenant, probablement, à une civilisation galactique. Ces intelligences ont lancé dans notre système des stations automatiques qui enregistrent les messages que nous lançons dans l'espace et qui les réémettent vers leur planète d'origine lorsque les conditions sont propices.
L'étude de Bracewell est développée dans la revue "Nature". D'après celle-ci, des stations automatiques interplanétaires qui ne sont pas faites de main d'homme tournent autour de nos têtes. Elles sont probablement trop petites pour être vues (bien qu'on ait observé autour de notre globe des satellites qui ne paraissent avoir été lancés ni par les Russes ni par les Américains), mais elles peuvent être détectées par leurs signaux. Peut-être ont-elles également des messages pour nous, enregistrés à l'avance dans un code universel, qui se manifesteront lorsque le mécanisme de l'espion interstellaire invisible aura été stimulé par un signal suffisamment puissant émis de la Terre.
Bracewell propose de le lancer à partir d'une des stations terrestres, de détecter les échos normaux et peut-être une réponse. Des expériences vont être tentées dès 1963.
L'hypothèse de Bracewell est une des idées les plus fascinantes qui aient jamais été émises. Des centaines, des millions de planètes habitées doivent exister dans la galaxie. Il faut quelques milliers d'années pour qu'une fusée venant de ces planètes arrive dans notre système solaire. Mais que sont les milliers et peut-être des millions d'années pour des civilisations peut-être plus avancées que les n�tres? Il existe probablement des planètes sur lesquelles la vie existe depuis cinq ou dix milliards d'années, l'intelligence et la conscience depuis un milliard d'années. De telles civilisations savent attendre. Leurs agents tournent peut-être au-dessus de la Terre depuis le carbonifère. Utilisant l'inépuisable énergie des rayons solaires pour transmettre des messages, ces instruments ont pu photographier la Terre, transmettre ces photos à travers des distances inimaginables jusqu'à des récepteurs situés sur de lointaines planètes. Et puis l'extraordinaire machine, l'espèce de robot fossile a attendu jusqu'à ce que des signaux électromagnétiques ne pouvant être l'effet du hasard lui parviennent de la Terre. Ces signaux ont été enregistrés, sur bandes magnétiques ou par un moyen que nous ignorons encore. Ils ont été émis pour être aussit�t captés par nos récepteurs terrestres comme dans quelques siècles par les dispositifs électroniques ultrasensibles inventés quelque part dans la galaxie : telle est, très probablement, l'étrange vérité.

Les recherches américaines semblent démontrer que les êtres qui auraient envoyé des satellites artificiels tourner autour de la Terre peuvent avoir des origines communes avec nous!
Il semble bien que la Terre essaime dans l'espace des parcelles de matière contenant de la substance vivante.
Lorsqu'un météore géant frappe la terre, l'énergie dégagée est si grande qu'un pourcentage de sa masse et une portion de la matière terrestre autour du point d'impact projetée dans l'espace s'éloignent sans espoir de retour. Un tel choc laisse à la surface de la terre une cicatrice spéciale qu'on appelle un "astroblème". Un grand nombre d'astroblèmes ont été retrouvés et identifiés. On a, d'autre part, trouvé des cellules vivantes dans des météorites qui pourraient fort bien être d'origine terrestre. Ces fragments de matière contenant des microbes et des spores vont voyager dans l'espace interplanétaire et interstellaire pour atteindre les planètes d'autres soleils. Ces spores vont alors évoluer et donner naissance à des êtres qui ne seront pas très différents de l'homme puisqu'ils ont le même potentiel génétique, basé sur les mêmes acides nucléiques. Des accidents de révolution ont pu très bien faire que des êtres dont l'évolution s'est déclenchée il y a un milliard d'années par exemple, aient pu évoluer plus vite que nous. Cette science a pu leur faire découvrir leurs origines, leur apprendre que la terre a lancé des météorites qui ont apporté les spores de vie sur leur globe. En attendant de pouvoir visiter leur astre d'origine, ils envoient peut-être à travers l'espace des messagers qui, tournant autour de la terre, leur apprendront comment a évolué la vie sur la planète de leurs ancêtres microscopiques.
Cette hypothèse expliquerait pourquoi de toutes les planètes de la galaxie, la Terre a été choisie comme objectif d'étude pour des stations automatiques interstellaires. Il s'écoulera plusieurs siècles avant que des fusées automatiques venues d'ailleurs apparaissent dans notre ciel. Même à cinquante kilomètres par seconde, il faut des millénaires pour franchir les distances entre les étoiles ".

Jacques Bergier _ "A l'écoute des planètes" - Editions Denoël - 1963.

"Il vaut peut-être mieux, pour notre tranquilité d'esprit, que nous ne sachions jamais ce qui se promène dans la nuit cosmique sur la grand-route entre les galaxies" - Arthur C. Clarke.

La citation d'Aldous Huxley datant d'aout 1953 "Gurdjieff avait sans doute mené à bien une oeuvre classique de Magicien" a sans doute inspiré Louis Pauwels pour le titre du Matin des Magiciens ... qui, selon ses propres dires, aurait tout aussi bien pu s'intituler ... "Poèmes" ! (Pauwels passa 14 mois très éprouvants physiquement (intense amaigrissement) et psychologiquement auprès de Gurdjieff en 1952 - lire l'article "Avec Gurdjieff", hebdomadaire "Carrefour" n� 492 du 17/02/1954, et l'ouvrage "Monsieur Gurdjieff" de mars 1954). En outre, pour Pauwels, l'ouvrage "La Gnose de Princeton"(Fayard - 1974; rééd. Hachette 1977) fut ultérieurement le plus abouti dans l'esprit du Matin des Magiciens (une application de l�hylozo�sme de Thalès). L'idée du Matin des Magiciens (aux lecteurs souvent aussi prestigieux que Valery Giscard d'Estaing, Jean d'Ormesson, Hervé Bazin, ou encore le sénateur François Gerbaud - qui assura la diffusion radiophonique française du livre en 1965) vint à Jacques Bergier en 1945 à Mauthausen, au contact de Bill Hoorickx au revier de Gusen. Il quitta la Société Recherche et Industrie pour accomplir cette Oeuvre, avec de sérieuses conséquences financières pour lui durant toutes les années 50'. Ajoutons que Bergier pratiqua lui-même l'Art de la transmutation alchimique, avec la collaboration notable du Pr Novak, tchèque.
En 2004, l'ouvrage reste très régulièrement réédité en Amérique latine. Plusieurs millions d'exemplaires vendus à travers le monde.
En 1961, le livre trouve tout naturellement un prolongement dans la revue "Planète" (puis le "Nouveau Planète" en 1968, les "Cahiers du Réalisme Fantastique" en 1971 (14 n� jusqu'en 2001), et "Question de" - aujourd'hui "Nouvelles clés" - en 1973), éditée dans plusieurs pays européens et sud-américains durant une dizaine d'années. Une tentative récente de résurgence du "Pianeta" italien peut être consultée sur:
http://www.pianeta.org/index.htm
Et la version néerlandaise non interrompue sur:
http://www.bresmagazine.com/index.htm
(Enfin, à titre purement anecdotique (!), citons encore à propos du Matin des Magiciens:
- Plusieurs poèmes dans divers pays, et différents titres d'articles de presse (exp: 1977, "Za�re : Le matin des magiciens (chiffres relatifs au déficit budgétaire et à l'endettement de l'Etat)", Buana Kabue, Panafricaine d'Edition de Presse et d'Audiovisuel, vol.4, p 17-19 ; "Le Nouvel Economiste" du 25/08/1989; magazine québécois "l'Agora" de 1998, vol.3, n� 9 (Jacques Dufresne, sur les Inforoutes); quotidien mexicain "La Jordana", article politique "El retorno de los brujos", 23/03/1999; quotidien français "Le Midi Libre", équipe de France de Football, 11/06/2002; etc...).
- 1979: un coffee-shop communautaire du même nom à Montréal (Québec).
- 1997: Prague, place Veletr�n�: l'exposition "Jitro kouzeln�ků" organisée par Jaroslav Anděl, de peintres surréalistes à la galerie d'art N�rodn�.
- 1998: un vitrail, toujours de même nom, conçu grace à la maquette du maitre-verrier français Cédric Dorin.
- 2001: Une exposition picturale à Uzès (Gard).
- 2001 à 2003: programme "Jitro kouzeln�ků" sur radio Akropolis, en Tchéquie.
- 2002: un épisode télévisé, encore de même intitulé, et issu de la fort populaire série québéquoise "Mon meilleur ennemi" (scénarios de Louise Pelletier et Suzanne Aubry).
- 2003: un film enfin -encore et toujours de titre identique-, réalisé par Gérard et Nicole Bost sur le Népal, présenté pour le prix fiction du concours régional 1ère division du club de cinéma amateur de Mantes-la-jolie (France)!).
- 2003: le groupe musical
russe Liquid High: thème "Morning of the Magicians".

http://images-eu.amazon.com/images/P/2010094956.08.LZZZZZZZ.jpg

http://www.unisoft.fr/jean/samuel.html#chap4

2002: le néo-zélandais Peter Lewis exécute le tableau "The Morning of the Magicians" (collage):

http://www.warpart.co.nz/circus/magicians.htm

"The Morning of the Magicians": une série de 10 images par le photographe Todd Gross ("Quarlo"), sur le ciel new-yorkais aux petits matins de l'été 2002...

http://www.quarlo.com/073102.html

33 tableaux du français Claude Bresson, dans l'esprit du "Matin des Magiciens":

http://www.claudebresson.com/?go=artworks/display_mini_gallery&login=claudebresson&mini_gallery_id=3412&artist_id=2780

(Le titre "Dawn of Magic" du LP "Think Pink" par Twink en 1970 est lui sans aucun rapport).

 

 
M� Carvalho, musicien brésilien, O despertar dos m�gicos, 1982.
"Le Matin des Magiciens" Huile sur toile du français Michel Jacubowicz
Walter Boudreau, compositeur classique canadien, Le Matin des Magiciens, 1995.
 
Jir� Stiv�n, musicien tchèque, Jitro kouzelniku, 1987.
"Le Matin des Magiciens" Collage du français Michel Santacroce - 1986
The Flaming Lips, musiciens anglais, In the Morning of the Magicians, 2002.
 
Chico Spinoza, brésilien, samba Abrakadabra - O Despertar dos Magicos, 1994.
"Le Matin des Magiciens" 45T de 1969 par le groupe "Martin Circus"
Peter Lewis, néo-zélandais, collage the Morning of the Magicians, 2002.
 
Alphonse Lenormand
01 Janvier 2008